Essayer de ne pas être dans une course effrénée.

Dans les entreprises, et notamment dans les start-ups, le rythme et l’environnement de travail peuvent être des sources de stress. Cela est à la base de nombreux problèmes : baisse de productivité et de performances, augmentation du taux de turnover, non-atteinte des objectifs… La méthode Slow vise à orienter le management pour faciliter l’interaction humaine et répondre aux besoins des collaborateurs, afin d’améliorer la productivité, renforcer la fidélité et la cohésion autour de la marque. Principes de la stratégie Slow Ce concept cible certains aspects du management, en termes de formation, d’écoute et de montée en compétences des collaborateurs. Il se base notamment sur la réduction, la mise en priorité et le classement des besoins des équipes. L’objectif est ainsi de mettre en place un environnement de travail motivant et fédérateur, pour favoriser le bien-être de chaque partie prenante. Par ailleurs, cette stratégie permet d’améliorer la communication hiérarchique, en mettant l’humain au cœur de l’entreprise. Mise en oeuvre du Slow management Le Slow management vise le ralentissement des cadences de travail pour optimiser les temps de travail. Cela favorise notamment la réflexion avant chaque action, en tenant compte aussi bien des besoins individuels que collectifs. La mise en place de ce système requiert notamment une plus grande disponibilité du manager pour favoriser la communication avec les équipes. Cette stratégie permet de fédérer les collaborateurs autour de valeurs communes pour les fidéliser. Il assure aussi de renforcer la cohésion pour améliorer le taux d’atteinte des objectifs, grâce à l’effort collectif.